Militants pour des cosmétiques non toxiques-Organismes, Fondations, Sites

Voici une série d’organismes, de fondations, d’initiatives personnelles et de sites Internet qui œuvrent pour une meilleure règlementation des cosmétiques, pour une réévaluation des substances autorisées dans la fabrication des produits, pour plus de sécurité et moins de chimie et pour plus de transparence dans l’affichage des ingrédients sur les étiquettes.

Fondation David Suzuki

www.davidsuzuki.org/fr

Comme je le disais plus haut, La Fondation David Suzuki publiait en octobre 2010 un rapport faisant état des produits chimiques toxiques contenus dans les cosmétiques que nous employons sur une base quotidienne. Le constat plutôt troublant de ce rapport vient principalement du fait que plusieurs composés chimiques que l’on retrouve dans nos produits de beauté sont non seulement dommageables pour la santé, mais le sont également pour notre environnement . La Fondation appelait donc à une meilleure règlementation des ingrédients contenus dans les cosmétiques et de l’étiquetage de ces ingrédients. Pour plus d’informations pertinentes à notre cause, allez sur leur site.

Environnemental Working Group

http://www.ewg.org/

EWG ou SKIN DEEP est une banque de données appartenant au Environnemental Working Group, une organisation américaine non gouvernementale et à but non lucratif fondée en 1993 qui a pour objectif d’utiliser le pouvoir de l’information publique pour protéger la santé du public (notamment des enfants), de protéger l’environnement et de faire pression sur le gouvernement pour apporter des changements à la politique fédérale de l’environnement et des ressources naturelles. Skin Deep est la banque de données la plus exhaustive concernant les cosmétiques et les études scientifiques faites jusqu’à présent  sur les ingrédients et les composantes des cosmétiques. La dangerosité des milliers de produits est cotée sur une échelle de 0 à 10. Il y a cependant un inconvénient pour le consommateur canadien: bien que d’innombrables marques européennes s’y trouvent, la grande majorité des produits cotés sur Skin Deep sont fabriqués aux États-Unis. Seulement une très petite partie des produits en vente sur le marché québécois se retrouvent cotés sur ce site. Cet outil reste cependant LA RÉFÉRENCE (et est utilisé par des chercheurs, des scientifiques et des biochimistes) lorsque vous cherchez des informations précises sur la toxicité d’un ingrédient en particulier. Des millions de consommateurs se tournent vers Skin Deep pour faire des choix plus sécuritaires.

Sur ce site, vous allez trouver une multitude d’articles des plus récents, (TOUS s’appuyant sur des recherches scientifiques) concernant  la toxicité des cosmétiques .

Plus d’information sur ce site dans le chapitre «  Skin Deep et autres outils…  ».

Pour riposter à cette initiative et pour se réhabiliter leur image auprès des consommateurs, l’industrie des cosmétiques conventionnels a créé son propre site d’« auto-défense » dans lequel leurs représentants reprochent à EWG de dénoncer la dangerosité de certains ingrédients sur les humains à partir d’un nombre élevé d’études scientifiques ayant été faites sur des souris. Mais, ma foi, pourquoi ces messieurs de l’industrie des cosmétiques ne se portent-ils pas volontaires pour qu’on teste sur eux l’innocuité de ces ingrédients pour qu’on ait une fois pour toutes des expériences faites sur des humains dont les résultats ne pourront plus être contestés!?!

Greenpeace

Le guide Cosmetox de Greenpeace

www.greenpeace.org/raw/content/france/vigitox/documents-et-liens/documents-telechargeables/guide-cosmetox.pdf

A l’heure actuelle, plus de 100 000 substances chimiques industrielles sont en libre circulation sur le marché européen. Leur production mondiale est passée de 1 million de tonnes en 1939 à plus de 400 millions de tonnes aujourd’hui. Une part importante de ces substances est incorporée dans les produits de consommation courante au moment de leur fabrication, pour leur conférer des propriétés fonctionnelles (résistance aux attaques bactériennes, couleur, odeur ou autres propriétés chimiques et mécaniques jugées intéressantes par le fabricant). Ainsi, les équipements électriques, les textiles, les produits d’entretien et de nettoyage, mais aussi les cosmétiques et les parfums, contiennent, en plus de leurs ingrédients majoritaires, eux-mêmes souvent issus de la chimie industrielle, de nombreux additifs chimiques de synthèse en quantités parfois infimes.

Le guide Cosmétox a pour but:

  • d’informer les consommateurs sur la présence de substances dangereuses pour leur santé et pour l’environnement dans les produits qu’ils utilisent quotidiennement ;
  • d’interpeler massivement les fabricants de ces produits, (entreprises de cosmétologie et de parfumerie) sur la question de l’utilisation de ces substances toxiques dans le contexte de la réforme chimique européenne REACH (Enregistrement, Évaluation, Autorisation des Substances Chimiques).

Le guide dresse la liste des principales marques de cosmétologie et de parfumerie présentes sur le marché français. Il les classe en « vert », « orange » ou « rouge », selon les réponses que ces fabricants ont fournies à Greenpeace sur le contenu chimique des produits qu’ils commercialisent. Téléchargeable en PDF sur Internet. Avec tous les mérites qu’on lui doit, ce Guide a cependant un inconvénient majeur : pour la sécurité du consommateur on doit juger l’innocuité du produit et non pas de la marque au complet.

The Campaign for Safe Cosmetics

www.safecosmetics.org

La campagne pour des cosmétiques sécuritaires est un site à but éducatif, animé et bien raconté. En anglais malheureusement. Faits intéressants:

  • on dénonce le contenu de la boite distribuée aux femmes atteintes du cancer du sein par la Société canadienne du cancer dans le cadre du programme Belle et bien dans sa peau [1] . Si l’initiative est vraiment louable, j’en ai bénéficié moi-même avant mon éveil, le contenu est à revoir, car les produits distribués contiennent justement des substances toxiques et cancérigènes qui sont contre-indiquées non seulement pour les personnes en santé mais encore plus pour celles dont le système immunitaire est déficient ;
  • contrairement à d’autres sources d’information sur la dangerosité des ingrédients qui se contentent de présenter juste les conclusions des travaux scientifiques, The Campaign for Safe Cosmetics fait des liens directs, à chaque page, avec les études mêmes qui ont permis de tirer les conclusions; à la page Fragrance, par exemple, une dizaine d’études sont présentées, de quoi convaincre les plus sceptiques.

 The Campaign for Safe Cosmetics est une coalition de femmes, intervenantes de la santé publique, la santé environnementale et des organisations pour les droits de consommateurs.

Plus de 150 organisations ont approuvé la plateforme de la Campaign for Safe Cosmetics .

REACH [2]

(Registration Evaluation and Authorisation and Restriction of Chemicals (Enregistrement, Évaluation, Autorisation et Restriction des produits Chimiques).

http://ec.europa.eu/environment/chemicals/reach/reach_intro.htm

Ce règlement de la CEE  voté le 17 novembre 2005 par le parlement européen et adopté en deuxième lecture le 13 décembre 2006 a pour but de modifier la législation sur la sécurité sanitaire des produits chimiques dans la communauté européenne.

Sur les 100 000 substances issues de  l’industrie pétrochimique seulement 3000, celles mises sur le marché depuis 1981  ont réellement été évaluées en terme de dangerosité pour la santé humaine ou pour l’environnement . Le but de REACH est de pallier à ce manque.

Ce règlement est d’une grande importance car il propose une règlementation harmonisée au niveau européen et rend responsables les industries qui doivent maintenant prouver l’innocuité de leurs produits avant leur mise en marché.

Le règlement REACH met en avant quatre axes prioritaires afin d’assurer la protection de la population et de l’environnement : le remplacement des substances chimiques dangereuses par des substituts plus surs, la fourniture à l’enregistrement d’une information suffisante sur les effets à long terme pour permettre l’identification des substances chimiques dangereuses, l’obligation de prudence des industries chimiques qui doivent être tenues légalement responsables de la sureté de leur produits, et la transparence pour garantir le droit des consommateurs de connaitre toutes les substances présents dans les produits de consommation.

Environmental Defence

http://environmentaldefence.ca/

Environnmental Defence est un organisme canadien environnemental qui lance un défi et inspire  le changement auprès du gouvernement et des entreprises tout en reliant les gens aux problèmes environnementaux qui affectent leur vie quotidienne dans leur maison, au travail et leur voisinage.

En ce moment Environmental Defence mène la campagne Just Beautiful qui se décrit comme suit sur leur site :

« Tous les jours, les Canadiens mettent des substances toxiques sur la peau en utilisant des cosmétiques et autres produits de soins personnels. Des milliers de substances allergènes, cancérigènes et des perturbateurs hormonaux ont été interdits ou restreints dans les produits de soins personnels européens. Certaines de ces mêmes substances néfastes peuvent encore être trouvées dans les produits canadiens. De plus, les Canadiens ne sont pas informés sur tout ce qui se trouve dans les produits de soins personnels que nous utilisons tous les jours, et Santé Canada n’a pas le pouvoir de les tester ou de les rappeler pour  des raisons de sécurité.

Nous testons les cosmétiques des Canadiens pour voir ce qu’ils contiennent  vraiment.  Nous demandons au gouvernement fédéral d’interdire les  substances dangereuses et de nous assurer  que nous connaissons tous les ingrédients dans nos cosmétiques afin que nous puissions tous être beaux-tout simplement ».

Voici le dernier Bilan du classement des entreprises de l’industrie des cosmétiques dans la réduction des substances toxiques. (déc. 2013)

Le réseau québécois d’action pour la santé des femmes

http://rqasf.qc.ca/

Fondé en 1997, le Réseau québécois d’action pour la santé des femmes (RQASF) est un organisme provincial multidisciplinaire sans but lucratif dont la mission est de travailler solidairement à l’amélioration de la santé physique et mentale des femmes, ainsi qu’à leurs conditions de vie.

La RQASF est un organisme de référence qui documente et analyse à partir d’une approche globale, critique et féministe différents enjeux en santé des femmes, dont l’image corporelle, la ménopause, les médicaments et l’esthétique incluant la toxicité de certains produits de consommation comme les cosmétiques.

Jean-Yves Dionne

www.jydionne.com

Pharmacien de formation mais aussi conférencier, formateur, chercheur, documentaliste, rédacteur et conseiller, Jean-Yves Dionne est une figure de proue dans le domaine de la santé holistique au Québec. Engagé à dévoiler la responsabilité de l’industrie chimique dans l’épidémie des maladies chroniques, J.-Y. Dionne publie régulièrement des articles sur la toxicité des cosmétiques.

Action cancer du sein Montréal

www.bcam.qc.ca/fr

Action cancer du sein de Montréal (ACSM)  est un groupe à but non lucratif dirigé par des femmes qui ont été sensibilisées aux traumatismes causés par le cancer du sein et qui sont engagées, à long terme, dans l’éradication de cette maladie. Cet organisme mène depuis de nombreuses années une campagne d’information aux sujets des dangers des produits cosmétiques . ACSM offre des ateliers de vulgarisation sur les cosmétiques sans danger.

Femme toxic

www.femmetoxic.com/fr/home

Femmes toxic est un projet d’ACSM en partenariat avec la fondation Filles d’action qui a vu le jour en 2009 et qui milite pour une régulation plus stricte des cosmétiques. Plus précisément, le groupe souhaite changer la façon dont Santé Canada classe les cosmétiques et supervise le remplacement et l’élimination de toxines dans les produits de soin personnels . FemmeToxic cherche à donner du pouvoir aux femmes et à les rendre plus conscientes des toxines contenues dans les produits qu’elles utilisent, de l’impact sur la santé et des alternatives plus saines. De plus, on encourage les femmes qui nous rejoignent à se mobiliser pour motiver les industries cosmétiques à entamer leur changement de cap si attendu.

Sabotage hormonal et le Réseau des femmes en environnement

www.sabotage-hormonal.org

Sabotage hormonal est un site montréalais sous la gouverne de Lise Parent et du Réseau des femmes en environnement.

La brochure Sabotage hormonal, élaborée en 2009 et montrant comment des produits d’usage courant nuisent à notre santé, est disponible gratuitement sur leur site en format PDF. Bien qu’il ne soit pas très élaboré, on y retrouve également un chapitre sur la dangerosité des cosmétiques.

Les perturbateurs endocriniens sont des substances nocives qui se retrouvent dans l’organisme où ils peuvent causer des problèmes de santé en déréglant les hormones. Soupçonnés d’être à l’origine de l’infertilité et de malformations, mais aussi de cancers, d’allergies, de problèmes musculo-squelettiques et cardiovasculaires, les perturbateurs endocriniens suscitent une grande inquiétude chez les scientifiques.

Le Réseau des femmes en environnement offre une formation de 3 heures sur les perturbateurs hormonaux présents dans les produits d’usage courant. Pour plus d’information communiquer avec le Réseau des femmes en environnement http://www.rqfe.org

ASEQ – Association pour la santé environnementale du Québec a pour mission la protection de l’environnement et de la santé humaine au plan individuel et collectif, par une sensibilisation, un soutien et par des activités de formation de la population, au sujet des produits toxiques et des pesticides.  http://www.aeha-quebec.ca/indexFr.php

Consultations feuille verte 

www.consultationsfeuilleverte.net

Consultations feuille verte est un site montréalais tenu par Philippa Settels.

« Depuis plus de vingt ans, vivre une vie saine et écologique est l’une de mes passions. J’ai eu de graves problèmes de santé il y a quelques années. Ma vie était menacée et ma famille, par le fait même, a beaucoup souffert. Le bien-être des membres de ma famille passe avant tout. J’ai donc choisi de « prendre le virage vert » pour protéger leur santé et la mienne tout en participant de façon constructive à l’épanouissement de ma communauté et à la préservation de notre belle planète. J’offre des consultations privées, des séances de groupe et des dîners-causeries en entreprise dans le but de vous transmettre de l’information pertinente qui vous permettra de protéger la santé de vos proches et de préserver l’environnement pour nous assurer, à tous, un avenir meilleur. »

CORNELIA DUM

www.corneliadum.com est un site montréalais à but non lucratif et non subventionné dédié aux femmes touchées par le cancer du sein et engagé à dévoiler les causes environnementales possibles liées au cancer en particulier les produits d’hygiène, de beauté et les cosmétiques conventionnels. Plus de 500 produits disponibles en pharmacies et dans les boutiques de produits naturels et scrutés à la loupe sont proposés aux consommateurs dans le  Guide de produits d’hygiène, de beauté et des cosmétiques non toxiques. Le premier critère de sélection des produits: l’innocuité .

WHEN

www.womenshealthyenvironments.ca

When est un organisme américain à but non lucratif qui a un pendant canadien.

Depuis sa création en 1994, Women’s Healthy Environments Network a pour but d’éduquer le grand public, les médias, les politiciens et les décideurs sur la santé environnementale comme  facteur déterminant de la santé publique.

L’information est diffusée grâce à des ateliers, des cours, réunions publiques, conférences, tables rondes, et affiches, dans différents lieux tels que les communautés, les écoles, les universités et les lieux de travail.

Plusieurs informations sur les cosmétiques et leur toxicité sont disponibles sur leur site.

Women in Europe for a Common Future (WECF France) et le Réseau Environnement Santé (RES) qui a été créé il y a 3 ans pour mettre ces questions liant notre environnement et notre santé au cœur du débat politique ont organisé en avril 2012 en France une table ronde consacrée aux conséquences très néfastes connues à ce jour des expositions aux perturbateurs endocriniens sur la grossesse et la fertilité, afin de convaincre les pouvoirs publics de prendre les mesures nécessaires.

www.wecf.eu

L’association Women in Europe for a commun future (WECF) a organisé, le 8 septembre 2008 au Parlement européen de Bruxelles, un colloque sur les risques que représentent les produits chimiques contenus dans les pesticides, les jouets et les produits cosmétiques pour le cerveau et les organes reproductifs des enfants. Lire le compte rendu (en anglais) sur le site de la WECF.

COSMÉTIQUES-BIO

http://www.cosmetiques-bio.net

Le contenu de ce site internet a été rédigé par Malissa Phitthayaphone.

Fille d’une mère diététicienne et sensibilisée aux médecines douces et naturelles, Malissa a rapidement été attirée par ce milieu.

Elle y a notamment découvert l’univers des cosmétiques naturels, qui a été pour elle une prise de conscience se transformant véritable révolte contre les grosses industries qui, aveuglées par leur aspiration au profit, n’hésitent pas à mettre en danger la santé de leurs clients.

Sur ce site, vous trouverez un bon résumé sur les produits cosmétiques et leurs méfaits et une liste exhaustive des produits nocifs.

Guide to Less Toxic Products of Environmental Health Association of Nova Scotia

www.lesstoxicguide.ca

L’objectif de ce site est de:

  • fournir des informations sur les risques potentiels pour la santé des produits couramment utilisés.
  • aider à identifier des alternatives moins toxiques pour les produits de soins personnels , de nettoyage, de ménage, produits pour bébé, et des produits antiparasitaires.
  • fournir des informations pour vous aider à choisir des produits non évalués dans le présent guide afin d’en choisir les plus sûrs pour vos besoins.

«Les produits chimiques  ont remplacé les virus et les bactéries et sont devenus la principale menace pour la santé. Des maladies qu’on commence à voir comme les principales causes de décès dans la dernière partie des années 1900 et au 21ème siècle sont des maladies qui ont une origine chimique. » [3]

Plus d’information sur ce site dans le chapitre « Skin Deep et autres outils… ».

Marketplace

www.cbc.ca/marketplace

Marketplace , un site pour la protection du consommateur. Plusieurs articles sur l’étiquetage faussement « vert » sur ​​les produits de soins personnels, les ingrédients dangereux , des interviews avec certaines compagnies de l’industrie des cosmétiques au sujet des ingrédients.

ECOHOLOIC

www.ecoholic.ca

Adria Vasil est l’auteur du best-seller  Ecoholic , Ecoholic Home et Ecoholic Body . Elle a été la rédactrice d’une écolo-chronique hebdomadaire pratique et plein d’humour pour le magazine NOW de Toronto depuis le printemps de 2004, répondant aux questions des lecteurs sur tout, de l’écologisation des choix alimentaires, des finances et des chaussures jusqu’à la à detoxification de la  maison, de l’école, du bureau. Elle a également couvert des questions de presse plus larges au sujet de l’environnement pendant plus d’une décennie. Visitez son blog en ligne ECOHOLIC.

www.developpementdurable.com

Plus qu’un simple portail d’informations, Developpementdurable.com se veut être un relais essentiel et utile de la communication entre les citoyens et les partenaires du développement en France et dans le monde. Il regroupe également sur un annuaire quelque 5000 éco-acteurs en France!

Il s’adresse aussi bien au grand public qu’aux professionnels et permet d’avoir quotidiennement des informations et une vision claire sur les enjeux du développement durable. Les articles ont pour objectif de toujours garder un œil critique voire dénonciateur sur des faits préalablement vérifiés.

Plusieurs associations européennes menées par l’ONG suédoise ChemSec, dont les organisations françaises RES (Réseau Environnement Santé) et Générations futures, viennent de publier une version actualisée de la liste SIN (Substitution immédiate nécessaire). 22 produits chimiques présents dans les produits de consommation mais dangereux pour l’environnement et la santé y ont été ajoutés dont 12 présents dans les produits de soins personnels.

Le Guide du Bien être

Le Guide du bien être  (section Soins Corporels) partage plusieurs ressources, références et reportages sur la toxicité des cosmétiques industriels et offre plusieurs recettes de produits de soins corporels.

[1] ↑ Lire plus à ce sujet dans le chapitre Crèmes pour les mains

[2] ↑ Bien que REACH représente plutôt l’encadrement réglementaire de l’Union européenne en matière de produits chimiques il est listé ici car il a le mérite de demander à l’industrie de prouver l’innocuité des produits avant d’être mis en vente contrairement aux États –Unis où les fabricants ne sont pas tenus de prouver qu’un ingrédient n’est pas dangereux avant la commercialisation des produits ; le Canada a opté pour un chemin de milieu, louable mais largement insuffisant, avec les 500 produits chimiques répertoriés sur la Liste critique. Même l’Association canadienne des cosmétiques, des produits de toilette et des parfums, reconnaît qu’une révision de la loi sur les Aliments et les drogues et le Règlement sur les Cosmétiques accuse  un long retard.

[3] ↑ Dr Dick Irwin, toxicologue, Texas A & M University

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


9 + 2 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>